Il arrive parfois que des travaux d’électricité soient nécessaires dans un logement ou un bâtiment et pour les novices qui entreprennent d’intervenir, cette opération n’est pas sans danger. Comment identifier chaque type de fil électrique ? Quels sont les conseils à respecter et comment s’y prendre pour effectuer une réparation électrique ? On vous dit tout sur ce sujet maintenant.

Un fil électrique, c’est quoi exactement ?

Un fil électrique est un conducteur (cela signifie que c’est à travers lui que l’électricité circule pour aller d’un point à un autre). Le fil électrique est composé de cuivre et il est doté d’une protection en plastique qu’on appelle une gaine. La gaine est colorée et permet de distinguer 3 différents conducteurs (nous y reviendrons plus bas) :

  1. La phase : La phase est le fil conducteur qui permet d’apporter la tension aux différents appareils électriques. De tous les fils électriques, il est considéré comme le plus dangereux et il est à l’origine des électrocutions.
  2. Le neutre : Le neutre est le fil conducteur qui permet au courant de retourner à sa source (en France vers le circuit EDF). Il a deux fonctions principales et théoriquement son utilisation n’est pas indispensable. Il permet à EDF de savoir quelle est la consommation d’énergie du logement et il détecte les anomalies de courant entre la phase et le neutre qui pourraient conduire à une éventuelle électrocution. En cas de différence, le disjoncteur joue son rôle et coupe le courant par sécurité.
  3. La terre : La terre est un fil électrique qui relie les appareils électriques au sol et assure la sécurité de ces derniers et du logement. La terre est le fil électrique qui assure la sécurité en permettant qu’une surcharge électrique soit envoyée vers la terre pour réduire le risque d’électrocution.

Comment reconnaître les fils électriques ?

À ce stade, si vous entreprenez de vous lancer dans des travaux d’électricité, il est crucial de vous rappeler qu’avant toute intervention, vous devez couper l’alimentation électrique au niveau du disjoncteur afin de vous assurer que le courant électrique ne circule pas. Cette précision étant faite, intéressons-nous à présent aux fils electriques. Nous l’avons mentionné auparavant, les fils électriques sont protégés dans des gaines en plastique colorées et sont insérés dans des câbles électriques. Pour reconnaître la phase, le neutre et la terre et choisir un fil électrique adapté, on a attribué des couleurs aux fils électriques. Cette décision a été prise au niveau européen dans les années 1970 pour éviter les risques d’accidents, car d’un pays à un autre les normes étaient différentes. Aujourd’hui, elles sont les suivantes :

  1. La phase est symbolisée par un fil marron ou rouge (et parfois noir).
  2. Le neutre est symbolisé par un fil bleu.
  3. La terre est représentée par un fil vert ou jaune

Il faut faire extrêmement attention si on travaille sur des installations électriques d’avant 1970, qui au passage ne sont plus aux normes, car les codes couleur utilisés à l’époque étaient les suivants :

  1. La phase était de couleur verte ou jaune.
  2. Le neutre était de couleur grise ou blanche.
  3. La terre était d couleur rouge ou noire.

Comment identifier un fil électrique sans code couleur ?

Il peut arriver qu’aucun code couleur ne soit utilisé ou qu’une couleur soit répétée ou encore qu’un doute vous assaille si vous n’êtes pas sûr de l’année de construction du logement. Dans ce cas-là, il est possible d’utiliser un multimètre (un appareil de mesure électrique). Il permet de connaître la tension circulant entre 2 fils. Elle doit être la suivante :

  1. Entre le neutre et la terre, la tension doit être de 0 volt.
  2. Entre la phase et la terre, la tension doit être de 220 volts.
  3. Entre la phase et le neutre, la tension doit être de 220 volts.