Le sable polymère est un matériau qui, habituellement, est utilisé pour remplir les joints des pavés. Ce sable d’un genre particulier bénéficie de tous les avantages du mortier mais aussi de ses inconvénients.

Les conditions météorologiques indispensables à la pose

Le sable polymère (ou polymérique) est utilisé pour faire des joints fins flexibles et durs. Pour que la pose du sable polymère réussisse, certaines conditions météorologiques doivent être remplies. Les principaux facteurs qui constituent un frein au bon déroulement d’un chantier sont le vent, le froid et l’humidité.

Lorsqu’il y a du vent, il est recommandé de ne pas commencer la pose. En effet, les polymères mélangés au sable sont volatiles et susceptibles d’être emportés par le vent. Le froid et le sable polymère ne font pas bon ménage. Idéalement, la pose du sable polymère peut se faire pendant toutes les saisons, sauf en hiver.

De manière générale, lorsque la température est en dessous de 5 °C, il est conseillé de reporter le travail. Pour finir, optez pour un travail par temps sec, car lorsque le sable est trop humidifié, il risque de ne pas durcir.

Les étapes à respecter pour utiliser le sable polymère

Pour éviter que le sable polymère ne durcisse pas et vous oblige à recommencer votre travail, vous devez rigoureusement appliquer les étapes suivantes :

  • poser le sable polymère de façon uniforme sur la surface
  • compacter les joints et vérifier leur solidité
  • soustraire l’excès de sable de la surface et arroser le plan de travail
  • laisser sécher la première couche de sable polymère avant de continuer.

Pour bien utiliser ce type de sable, certains outils sont nécessaires. Il s’agit du balai poils souples, du fer à joints, d’un rouleau compacteur, d’une plaque vibrante, d’un tuyau avec lance d’arrosage et d’un souffleur. Le kit de protection individuel de base comprend les vêtements de travail, le casque antibruit et les gants de protection.

Comment se fait la pose proprement dite du sable polymère ?

Pour commencer le travail, assurez-vous toujours que la surface et les interstices dans lesquels vous allez mettre le sable soient bien secs. Une fois que vous en êtes sûrs, étalez le produit sur la surface jusqu’à avoir une couche uniforme. Aidé d’un balai à poils souples, vous devez remplir les joints sur toute la profondeur. Il peut arriver que les parois des dalles soient irrégulières. Si vous constatez cela, faites bien pénétrer le sable au fond des joints avec un fer à joint.

La deuxième étape consiste à rendre compacts les joints et à vérifier leur solidité. À ce niveau, si vous avez des pavés, vous devez passer une plaque vibrante sur la surface des pavés afin de bien tasser le produit. Si par contre, vous avez des dalles, passez simplement un rouleau compacteur sur toute l’étendue de la dalle.

Si vous ne disposez ni d’un rouleau compacteur ni d’une plaque vibrante, vous pouvez tout de même faire un compactage manuel. Utilisez un maillet en caoutchouc pour marteler les coins de chaque pavé ou dalle. Pour vérifier que le compactage est bon, essayez d’enfoncer votre doigt dans le sable qui est posé. Si vous n’y arrivez pas, vous avez réussi votre compactage. Il ne reste qu’à enlever l’excès de sable, à arroser la surface et à laisser le produit sécher.